Le livre à emmener à la plage

Robert Harris, D.,
Chez Plon

 

1

On pensait l’Affaire Dreyfus inadaptable, impossible à romancer. Trop lourde d’enjeux, trop imposante dans sa symbolique historique, trop fragile pour l’histoire nationale française ! Et pourtant, Robert Harris l’a fait et de quelle manière ! Il faut dire que le maître du suspense britannique avait préparé le terrain ces dernières années avec plusieurs romans d’anthologie comme Fatherland (1992), Pompéi (2003) ou Impérium (2006).

Parvenu assez rapidement au terme de ce roman tellement il est difficile de le lâcher, une impression domine : mais pourquoi ne l’a-t-on pas écrit plus tôt ? Car tout se prête au roman dans cette affaire Dreyfus: un innocent injustement condamné (Alfred Dreyfus), un Etat décidé à étouffer un scandale, un héros qui doit se battre contre ses pairs et contre des forces qui tentent de le broyer (Georges Picquart), une histoire d’amour déchirante (entre Lucie et Alfred Dreyfus) et pour pimenter tout cela, une histoire d’espionnage entre deux pays au bord de la guerre.

Suivant les traces du colonel Georges Picquart, chef du deuxième bureau (le service de renseignement militaire), l’intrigue du roman et le scandale de l’affaire se déroulent lentement comme une pelote de laine sous la plume d’un Robert Harris au sommet de son art. Plus qu’un roman policier, D. est également une formidable entrée en matière pour un public peu familier de cet évènement majeur qui laissa des traces indélébiles sur notre histoire de France et peu enclin à se plonger dans des essais volumineux parfois dissuasifs.

Quand l’histoire se lit comme un roman…

Par Laurent Pfaadt
Edition hebodscope 1009, juillet 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *