Le père d’Indiana Jones

Allan_QuatermainLes œuvres de Henry Rider Haggard enfin rééditées.

Aujourd’hui, personne ou presque ne se souvient du nom de Henry Rider Haggard (1856-1925). Tout le monde connait en revanche le héros qu’il créa : Allan Quatermain, intrépide aventurier et chercheur de trésors luttant contre des forces obscures et des empires ennemis. Grâce aux éditions Omnibus, toujours promptes à sortir de l’anonymat des écrivains qui ont marqué la littérature mondiale, il nous est possible de redécouvrir cet auteur majeur du roman d’aventures.

L’écrivain britannique passa une partie importante de sa vie en Afrique notamment au Transvaal (Afrique du Sud) d’où il ramena une grande partie de l’univers qu’il allait développer dans ses nombreux romans. Avec la publication des Mines du roi Salomon en 1885, Rider Haggard devint célèbre et fut considéré avec Conan Doyle comme l’un des maîtres du roman populaire britannique.

L’ouvrage publié regroupe les grands romans (Les Mines du roi Salomon, Allan Quatermain, l’Epouse d’Allan) mettant en scène Allan Quatermain, cet aventurier né en 1817 et mort en 1885, parmi les 14 nouvelles et 4 romans qui composent cette série qui lui est consacrée dans l’œuvre de Rider Haggard. Bien entendu, ces romans s’inscrivent pleinement dans la société coloniale de l’époque et dans cette « course à l’Afrique » représentée par Richard Burton, David Livingstone ou Henry Morton Stanley et leur quête des sources du Nil. Comme le rappelle Claude Haziza dans sa préface, « le récit trouve ses racines au fond de l’Eden. A la dimension onirique s’ajoutent la splendeur des rois et reines bibliques, l’épopée des expéditions lointaines dans un monde encore si peu inexploré, la recherche de fabuleux trésors, les intermittences du cœur ».

Les Mines du roi Salomon sont parfois considérées comme le roman fondateur du genre littéraire dit des mondes perdus et au sein duquel on range les romans d’Edgar Rice Burroughs, souvent présenté comme l’héritier littéraire de Rider Hggard, l’homme qui voulut être roi de Kipling dont il fut l’ami et avec qui il a entretenu une abondante correspondance, certaines œuvres d’Abraham Merritt, de H. P. Lovecraft et plus près de nous, de Michael Crichton.

Si le nom d’Henry Rider Haggard a progressivement disparu des mémoires littéraires, ses œuvres et en particulier les aventures d’Allan Quatermain, connurent une éclatante postérité notamment au cinéma. Le personnage d’Allan Quatermain fut interprété dans plusieurs films par les acteurs Richard Chamberlain, Sean Connery ou Patrick Swayze et servit même de modèle au fameux aventurier Indiana Jones de Steven Spielberg.

Il faut donc s’empresser de relire les aventures d’Allan Quatermain pour y retrouver ce goût inimitable de l’aventure, de l’exotisme et ces sensations enfantines que l’on croyait à jamais perdues dans cette jungle africaine impénétrable et ces temples en ruines emplis de démons. La réédition par Omnibus des œuvres de Henry Rider Haggard n’est que la réparation d’une injustice, celle d’un auteur qui participa à l’élaboration d’une littérature qui fit rêver des milliers d’enfants et d’adultes.

Henry Rider Haggard, Les Aventures d’Allan Quatermain, édition Omnibus, 2014

Par Laurent Pfaadt
Edition hebdoscope 1011, octobre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *