Un festival qui se taille la part du lion

© Kristen Loken
© Kristen Loken

Lucerne sera, une fois de plus, le haut-lieu estival de la musique classique

Chaque été, tout le gotha de la musique classique se donne rendez-vous sur les bords du lac des Quatre-Cantons. Pendant près d’un mois (14 août au 13 septembre 2015), les meilleurs orchestres, les plus grands chefs et les solistes les plus talentueux seront à nouveau présents pour, à n’en point douter, des concerts d’anthologie.

Parmi les orchestres, le talent oscillera entre la fougue et la puissance, entre la légèreté et la monumentalité. Face aux rivages du lac, des vaisseaux amiraux tels que le Berliner Philharmoniker (01-02/09), le Royal Concertgebouw d’Amsterdam (28-29/08), l’Orchestre Philharmonique de Saint Pétersbourg (03-04/09) qui célèbrera le 40e anniversaire de la mort de Dimitri Chostakovitch avec l’interprétation de la 9e symphonie, la Staatskapelle de Dresde (07-08/09) et le Wiener Philharmoniker qui clôturera le festival avec le Rêve de Gérontius d’Elgar sous la baguette de Sir Simon Rattle côtoieront les jeunes ensembles de l’Orchestre du Divan occidental-oriental réunissant de jeunes musiciens venus du Proche-Orient (17/08), de l’Orchestre de Jeunes Gustav Mahler qui, sous la conduite d’Herbert Blomstedt (23/08) interprétera la 8e symphonie de Bruckner ou le Chamber Orchestra of Europe, fondé par Claudio Abbado et habitué à ce rendez-vous musical.

A la surface de l’eau se reflètera certainement l’éclat des cuivres de deux des plus grands orchestres américains, le San Francisco Symphony Orchestra dirigé par un Michael Tilson Thomas qui fera résonner l’Héroïque de Beethoven (09/09) et le Titan de Mahler (11/09), et le Boston Symphony Orchestra qui réveillera les Alpes voisines avec Une Vie de Héros (30/08) et Don Quichotte (31/08) de Richard Strauss. Le chef letton animera cette édition du festival à la tête de nombreuses formations et notamment le Lucerne Festival Orchestra qu’il conduira dans tous les répertoires.

Sur la scène, Bernard Haïtink, Daniele Gatti, Daniel Barenboim, Zubin Metha, Daniel Harding ou Christian Thielmann seront accompagnés d’une pléiade de virtuoses notamment Yuja Wang dans le concerto pour piano n°2 de Bartok, Yo-Yo Ma dans Don Quichotte, Maria Joao Pires dans le 23e concerto pour piano de Mozart, Isabelle Faust dans les concertos pour violon de Szymanowski, Mozart et Mendelssohn, Julia Fischer dans celui de Tchaïkovski ou Anja Harteros dans les quatre derniers lieder de Strauss.

La musique de chambre, l’opéra et la musique ancienne avec notamment les Arts florissants de William Christie complèteront cette affiche déjà riche. Enfin, outre la musique, les enfants pourront se divertir avec un spectacle de marionnettes autour du Carnaval des animaux tandis que les adultes écouteront Klaus Maria Brandauer réciter Shakespeare ou s’éclafferont lors d’une conférence sur l’humour juif. « Si vous voulez que vos rêves se réalisent, ne dormez pas » dit le proverbe juif. Nul doute que les spectateurs du festival de Lucerne suivront ce conseil à la lettre.

Lucerne Festival en été (14 août-13 septembre 2015) : retrouver tous les concerts et les informations pratiques sur www.lucernefestival.ch

Laurent Pfaadt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *