Scènes de ménage à l’espagnole

De g. à dr. : Rosine, Bartolo, Almaviva (© Bernard Contant (ONP)
De g. à dr. : Rosine, Bartolo, Almaviva (© Bernard Contant (ONP)

L’Opéra de Paris présentait une nouvelle production haute en couleurs du célèbre opéra de Rossini.

Tout commence assez classiquement. L’ouverture célébrissime du Barbier de Séville composé en 1816, retentit depuis la fosse puis le public applaudit. Les lumières s’éteignent et le rideau s’ouvre. Et là, c’est le choc. Un quartier populaire d’une ville méditerranéenne avec un café donnant sur la rue, une Ford Escort bleue métallique garée là et des vieux en marcel discutant devant des immeubles défraîchis. On se croirait dans un film de Pedro Almodovar, façon Tout sur ma mère et non dans un opéra. Mais lorsque retentissent les premières voix du comte d’Almaviva puis à la scène 3 le fameux air de Figaro « Largo al factotum », on sait que l’on est revenu chez notre bon Rossini.

Décapante autant qu’ingénieuse, cette nouvelle production du Barbier de Séville signé Damiano Michieletto, l’un des metteurs en scène les plus demandés du moment dont les productions ont triomphé à la Scala, au théâtre San Carlo ou à la Fenice conte bien évidemment les amours contrariés du comte d’Almaviva, arrivé incognito à Séville et de la belle Rosina, prisonnière de son tuteur, le terrible docteur Bartolo. Le comte trouvera dans sa quête l’aide du fameux barbier de Séville, Figaro, séducteur et vénal.

Avec ses décors soignés qui va jusqu’à la bière San Miguel ou le journal El Pais, la transposition de cette histoire du XVIIIe siècle au monde moderne s’opère quasi instantanément avec une alchimie qui ravit aussi bien les novices que les amoureux de l’opéra, donnant ainsi une seconde jeunesse à cette oeuvre et montrant à quel point cette histoire, qui peut paraître un peu fleur bleue, conserve toute sa fraîcheur. « Les oeuvres de Rossini (…) nous parlent de notre monde et il faut aller puiser dans notre quotidien les moyens de raconter ses histoires » estime Damiano Michieletto.

Le chef Carlo Montanaro, grand spécialiste de l’opéra italien, apporte à ce spectacle la touche musicale nécessaire au triomphe. Il a su faire résonner dans ce « tube » de l’opéra bouffe, les grands airs et mélodies rossiniens tout en maintenant l’équilibre sonore nécessaire avec les chanteurs en évitant que le crescendo ne couvre les voix.

Cette superbe mise en scène est desservie par des voix remarquables alliées à des jeux scéniques parfaits. De l’ado Rosina (Karine Deshayes, magnifique dans la cavatine) au truculent Figaro (Dalibor Jenis) n’hésitant pas à jouer de la guitare manouche, la distribution aligne des rôles secondaires de très grande qualité comme la basse Carlo Lepore qui a étudié auprès du regretté Carlo Bergonzi (excusez du peu !), en formidable Bartolo, la mezzo-soprano roumaine Cornelia Oncioiu, parfaite en ménagère en bigoudis ou Basilio (Orlin Anastassov) qui campe un fonctionnaire zêlé impeccable dans l’air de la calomnie. Même les figurants et les membres du choeur ont joué leurs partitions à merveille.

Par son extravagance et son humour, ce Barbier de Séville aurait certainement ravi Beaumarchais. On applaudit souvent, on rit régulièrement. Mais surtout, en sortant de la salle, on comprend mieux pourquoi cet opéra demeure immortel et traverse toujours avec le même succès les époques et les générations.

Par Laurent Pfaadt
Edition hebdoscope 1012, novembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *