Impératrice du désert

ZénobieLa fascinante Zénobie à l’honneur d’une
biographie

Avec Cléopâtre, Vercingétorix – les éditions Perrin rééditent en poche de l’ouvrage de Jean-Louis Voisin sur Alésia – et Attila, Zénobie fait assurément partie de ces opposants, de ces rebelles mythiques à l’Empire romain. A l’image de son alter ego au temps de la République romaine finissante, la reine d’Egypte Cléopâtre, Septimia Bathzabbai, dite Zénobie a suscité de nombreux romans, a inspiré de nombreux peintres et a même été interprétée au cinéma par Anita Ekberg.

D’où l’intérêt de cette biographie écrite par l’un de nos meilleurs spécialistes du monde romain oriental, Maurice Sartre, professeur d’histoire ancienne à l’université de Tours, accompagné pour l’occasion par son épouse, Annie Sartre, elle-même professeur d’histoire ancienne à l’université d’Artois et fin connaisseuse de la Syrie Antique.

Gratter la légende de cette femme rebelle et fière qui bouscula l’Empire romain, tel est l’objectif premier de cette biographie en tout point réussie. Car cette femme devenue un personnage romantique tant dans son rapport à Rome que dans la nature de sa révolte, dans ce féminisme avant l’heure, dans cette cité de Palmyre dont il subsiste les merveilleuses ruines propres à exciter les imaginations ou dans sa fin, a de quoi fasciner.

Maurice et Annie Sartre nous rappellent en premier lieu que Zénobie fut avant tout une femme de son temps, de la société romaine de cet Orient déjà compliqué où la religion romaine cohabitait avec ces nouveaux cultes comme le manichéisme par exemple. Profitant de l’assassinat de son époux, le puissant sénateur Odenath, sans qui « Zénobie ne serait peut-être rien » selon les auteurs, mais également de cette crise qui secoue l’Empire romain que l’on nomme aujourd’hui anarchie militaire, Zénobie constitua un royaume qui s’étendit sur une grande partie du Proche-Orient y compris jusqu’en Egypte.

Pendant près de sept années (267-273), elle allait ainsi tenir tête à trois empereurs (Gallien, Claude II et Aurélien). Mais Maurice et Annie Sartre ont eu le souci de restituer la réalité géopolitique de l’époque puisqu’il est facile de voir en Zénobie, l’égérie d’un nationalisme palmyrénien anachronique. Car selon nos auteurs « jamais Zénobie n’a fait sécession, jamais elle n’a prôné que l’Etat qu’elle gouvernait quitte l’Empire romain ». Bien au contraire, Zénobie, en dirigeante romaine opportuniste, a senti que le pouvoir fragile à Rome était à portée de main et a tenté sa chance. D’ailleurs, elle s’autoproclama impératrice et non reine, ce qui en dit long. Finalement défaite, elle orna le triomphe de l’empereur Aurélien.

Commence alors la légende qui constitue la deuxième partie de l’ouvrage. Car celle-ci s’est bâtie sur la rareté des sources puisqu’un quart de siècle de sa vie nous ait parvenu et seulement de façon indirecte. Anne et Maurice Sartre dans cette biographie didactique ont convoqué aussi bien inscriptions et autres vestiges archéologiques pour relater sa vie que la représentation dans les arts de cette « femme politique dans un monde entièrement dominé par les hommes » que l’on a très vite comparé à Didon, Sémiramis et bien entendu Cléopâtre et qui a inspiré tant d’artistes.

Annie et Maurice Sartre, Zénobie, de Palmyre à Rome, Perrin, 2014

Par Laurent Pfaadt
Edition hebdoscope 1012, novembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *