Tous les articles par hebdoscope

EURL Blanc Papier 8 Place des bateliers F. 67000 Strasbourg Tél. : 0033 (0)6 86 66 73 41

L’union fait la force : une œuvre

Robert Becker & Dominique Haettel Fleurs fabuleuses pavot, peinture sur photo 21 x 31

Cette exposition se veut faire œuvre en associant différents
médiums, écritures, techniques et pratiques artistiques telles que :
une rencontre entre la calligraphie et la sculpture, la peinture et la
photographie, un cadavre exquis et un monochrome, une fleur des
champs et une fleur des villes…

Le tout est de réussir la scénographie, un beau pari.

Nous avons invité les artistes à unir leurs forces pour faire œuvre(s).
Ne pas rester seul, œuvrer ensemble pour créer des instants
propices à la rencontre : Une exposition. Ils ont répondu présent.

La rencontre entre Benoît Schwaller & Jean-Michel M. Pouey de
Juillacq : « […] Ce qui est remarquable, c’est que la directive, somme
toute très vague, et la récupération fortuite de deux cloches de
sonnerie d’école, aient conduit à réaliser ce chef-d’œuvre que Benoît
attendait de ma part sans pour autant en avoir esquissé le moindre
contour. D’un point de vue scientifique, cela relève du pur hasard,
car l’ensemble des projets de collaboration dans une œuvre
commune est très faible : un seul événement ! La probabilité de
tomber pile-poil dans le mille était donc extrêmement faible et
tendait vers zéro ! Peut-on alors avancer le mot « miracle » pour
qualifier le phénomène ou bien faut-il nous réjouir d’avoir échappé à
la catastrophe de l’échec ? On en viendrait presque à soupçonner
l’hypothèse de la possibilité d’une présomption d’existence de
Ptah, dieu des arts, mais cela reste bien évidemment encore à
démontrer ».

Les artistes
Karim Allaoui | Myrtille Béal & Brigitte Béguinot | Yaleika | Robert
Becker & Dominique Haettel | Louis Danicher | Moins12Prod |
Jean-Michel M.Pouey de Juillacq & Benoit Schwaller

Galerie Art’Course
67000 Strasbourg
www.galerieartcourse.com

Le Concert Idéal

Après avoir traversé l’histoire de la musique d’Hildegarde de Bingen
à Alex Nante, Marianne Piketty et son ensemble, le Concert Idéal,
ont arrêté leur barque musicale dans la lagune de la Sérénissime.
Violon sous le bras, Marianne Piketty est allée à la rencontre du
mythique Vivaldi. Mais sa quête n’a pas eu pour but de trouver le
Vivaldi des Quatre Saisons mais plutôt celui des salons où
résonnaient encore les sonates et symphonies aujourd’hui oubliées
du prêtre roux.

Ce disque est le résultat de cette opiniâtreté et, il faut bien le dire,
de l’excellence musicale du Concert Idéal. Dès les premiers accords
de cette incroyable reconstitution du concerto pour violon et
violoncelle « per Chiaretta e Teresa » ou de cette sonate « al Santo
Sepolcro », on reste bouche bée devant l’alchimie musicale ainsi
produite. C’est un Vivaldi intime et sensible qui nous ait dévoilé
notamment dans le larghetto du concerto pour violon en si mineur
RV390. En compagnie d’autres compositeurs vénitiens dont le non
moins célèbre Tomaso Albinoni, passé à la postérité pour son
Adagio, le Concert Idéal nous offre ainsi quelques diamants ainsi que
les premiers enregistrements mondiaux d’œuvres appelées à figurer
au répertoire baroque dans les années à venir. Voguant sur les
canaux musicaux de Venise, le disque du Concert Idéal n’a ainsi
jamais aussi bien porté son nom…

Par Laurent Pfaadt

Vivaldi, l’âge d’or, Le Concert Idéal, Marianne Piketty
Evidence

Au-delà de la mer

Après la beauté et le choc de Grâce, Paul Lynch nous emmène dans
son nouveau roman sur un vieux rafiot en plein océan Pacifique en
compagnie de Bolivar, pêcheur expérimenté, et du jeune Hector.
Bolivar a, contre l’avis de tous, décidé de prendre la mer. Et bientôt,
la tempête s’abat sur l’embarcation qui, privée de moteur, dérive.
Jour après jour, semaine après semaine, les deux hommes vont
devoir vivre ensemble et survivre.

Dans ce dialogue une fois de plus magnifiquement écrit, Paul Lynch
réduit notre civilisation à ces deux hommes pour dépeindre un
monde englouti par ses contradictions, d’une humanité rongée par
son autodestruction. Avec cette prose addictive que l’on chevauche
comme une vague, tantôt vertigineuse – les scènes de folie sont
absolument stupéfiantes – tantôt abyssale, Paul Lynch nous entraîne
au plus profond de l’océan, celui obscur qui réside au fond du cœur
de chaque homme. Tour à tour, la haine, la foi, la barbarie, la morale
ou plus surprenant le péril écologique – la grande surprise du livre –
sont pointés du doigt par Bolivar et Hector dont on ne finit par ne
plus savoir où se trouvent les portes de la mort et les interstices de la vie. « Que peut-on savoir de l’heure et des circonstances qui mènent un
homme à rencontrer sa vérité ? De la longueur de ce cheminement ? Tout
ce qui compte, c’est qu’il finisse par la trouver » écrit ainsi Paul Lynch.

D’un récit de survie, d’un roman d’aventures, Au-delà de la mer se
transforme alors en expérience métaphysique lorsque les deux
hommes dépassent la simple expérience sensible. L’auteur nous
dévoile alors avec fascination et, il faut bien le dire, horreur, le
dénuement progressif de l’âme humaine, débarrassée de ses
oripeaux conformistes et rangeant l’animalité au rang de
compliment. Être capable d’une telle chose en quelques 200 pages
relève non pas de la prouesse mais du génie.

Par Laurent Pfaadt

Paul Lynch, Au-delà de la mer, trad. Marina Boraso
Chez Albin Michel, 240 p.

Carnets du Caire

« Peut-être un jour mes souvenirs retrouveront-ils leur puissance,
doublant à nouveau le présent de réminiscences précieuses ». Toute la
puissance littéraire de ce livre tient dans cette phrase. Quelle
expérience fait-on du voyage, comment celui-ci s’arrime-t-il à notre
esprit pour devenir souvenir et partie intégrante de notre être ? Le
lecteur arpente ainsi en compagnie de la narratrice, baptisée pour
l’occasion Warda, les chemin secrets, tortueux, touristiques et
reculés du Caire et de ses environs, comme une carte mentale
devenue construction culturelle et identitaire. A travers le choc
culturel vécu par cette jeune femme suisse, l’écriture sensuelle et
parfois surnaturelle de l’auteure, récompensée par le Prix suisse de
poésie C-F Ramuz, nous transpose bien au-delà de la simple réalité
vécue.

Convoquant Borges, Pierrine Poget le fait entrer dans ces carnets
devenu une sorte de miroir d’Alice au pays des pharaons où le passé
sert à construire le présent, où l’expérience vécue d’un côté du
miroir modifie irrémédiablement la réalité, notre réalité, notre être
de l’autre côté où le temps semble s’être arrêté. Et très vite, le
lecteur prend conscience du pouvoir de l’écriture et du livre pour
figer ces réminiscences et éviter qu’elles ne tombent dans l’oubli. « Il
arrive qu’un éclat de texte s’attache à nous de cette façon, à la première
lecture, et nous accompagne jusqu’à ce que des évènements le
rencontrent et l’épousent tout à fait » écrit ainsi l’auteure.

Pourquoi écrivons-nous ? Pourquoi lisons-nous ? Pourquoi se
sentons-nous obligés d’emporter des livres avec nous lors de nos
voyages ? Pour que l’intensité du voyage ne prenne jamais fin, pour
ressentir, encore et encore, cette alchimie inexpliquée, cet orgasme
intellectuel nous dit Pierrine Poget. Car, au final, nous rappelle
l’auteur, ces réminiscences et les souvenirs qu’elles enfantent nous
permettent de vivre. Tout simplement.

Par Laurent Pfaadt

Pierrine Poget, Warda s’en va, Carnets du Caire
Aux Editions la Baconnière, 180 p.

L’agneau des neiges

Quel plaisir de lire ces grandes épopées russes mettant en scène des
êtres qui ne devraient jamais survivre au destin et qui pourtant,
offrent une résilience qui vous tire des larmes. Maria, l’héroïne de
l’agneau des neiges, premier livre en français de l’écrivain russe
Dimitri Bortnikov appartient désormais à ces personnages appelés à
rester dans nos mémoires.

Tout commence dans le nord de la Sibérie. Maria, jeune femme
affectée d’un pied bot survit tant bien que mal dans cette Russie qui
vient de passer sous le joug des Soviets et dans cette nature où les
hommes vivent au milieu des légendes. Sa route croise bientôt celle
de Serafima, la femme du prêtre assassiné par sa faute, qui allait
pourtant la considérer comme sa propre fille. Car comme le rappelle
un ancien proverbe russe, « les cendres ne pleurent pas le feu ». Avec
sa prose pleine de poésie et un réalisme magique qu’il déploie avec
volupté, Dimitri Bortnikov nous entraîne ainsi dans cette nature
sauvage d’une beauté stupéfiante, au milieu de ces rivières qui « se
déshabillent de leur brume
 » et des fantômes qui les peuplent.

Privée de Serafima, Maria s’engage alors dans une formidable
odyssée – les passages en train sont magnifiques – où se succèdent
paysages et peuples de la toute nouvelle URSS. Jusqu’à Leningrad et
ses orphelins. Et tandis que le brasier de la guerre se rapproche,
Marie s’attache à ces enfants. Dans l’ancien palais du tsar, les jours
heureux se succèdent. On décore le sapin, on se chamaille, on rit.

Mais le feu, lui, est omniprésent. Il est là, tapi. Dans les cœurs des enfants. Dans l’âme vieillie avant l’âge des hommes. Dans la guerre
qui anéantit le monde. « Quand l’enfer se vide, tous les démons se
retrouvent ici
 » écrit ainsi Dimitri Bortnikov. Et lentement les pages
les plus touchantes du livre se déploient. Elles sentent la mort,
l’anéantissement. Les mots tombent comme une pluie noire. Dans
les décombres d’une ville écrasée, affamée, les douze orphelins
chantent leur dernier requiem. Maria, infirme au cœur d’airain est là,
dressée face à la fatalité. Au milieu des ténèbres, Job est devenu
David avec comme glaive, « l’écho d’un sourire ».

Par Laurent Pfaadt

Dimitri Bortnikov, L’agneau des neiges
Chez Rivages, 288 p.

Dernière oasis

Un expert en antiquités orientales est invité dans un Irak assailli par
l’Etat islamique, à authentifier une série de bas-reliefs assyriens et à
les faire sortir du pays. Dans cette plaine de Ninive qui a vu passer
les plus grands empires de l’humanité, le héros entre alors dans cette
« dernière oasis », cet îlot de liberté perdu au milieu d’un désert prêt
à recouvrir arbres et rêves millénaristes d’un seigneur de guerre.

Le lauréat du prix spécial du jury Femina 2020 pour Beyrouth 2020, journal d’un effondrement (Actes Sud) en cours de traduction dans
le monde entier, renoue ici avec son incroyable talent de conteur. Le
livre se veut à la fois roman d’aventures, thriller politico-
archéologique et introspection sur notre civilisation et sur la
manière dont les hommes la conduisent ou, il faut bien se le dire,
sont utilisés par cette même civilisation. Car à y regarder de plus
près, qui se joue de l’autre ? Le destin ou les hommes ? Avec cette
réflexion à l’esprit, le lecteur hésite en permanence, enfermé sans le
savoir dans cette dialectique hégélienne, et ne parvenant jamais à
prendre une position claire. Perdu dans cette entropie, le lecteur se
persuade tantôt que l’esprit humain a tout prévu, tantôt qu’il n’est
qu’une espèce dont l’intelligence réside avant tout dans son
incroyable capacité à s’adapter à l’imprévu.

Dans cette dernière oasis, endroit hors du temps, notre héros offre alors au lecteur de contempler, aujourd’hui, l’état de son monde, de
son histoire face à ce que l’on perçoit comme un nouveau moment
charnière, cette transition historique que seuls les écrivains de
talent dont Charif Majdalani fait assurément parti parviennent avec
si peu de recul à déceler. Après une première impression d’une
guerre lointaine, imperceptible qui rappelle un peu le désert des
tartares
, celle-ci finit par arriver. Et la barbarie, comme ce désert,
avance, inexorablement. Le général Ghadban, sorte d’Aetius du 21e
siècle sait-il qu’il défend un monde qui a déjà disparu, qu’il aspire à
un pouvoir qu’il n’aura jamais ? Peut-être.

En plus d’être un formidable roman avec ses rebondissements et ses
personnages merveilleusement construits notamment Chirine, la
fille du général Ghadban, ce livre est assurément une fuite en avant,
celle d’une civilisation qui ne veut pas mourir mais qui, comme le
rappelle à juste titre notre héros, a organisé, parfois sciemment, son
propre suicide. Amer constat.

Par Laurent Pfaadt

Charif Majdalani, Dernière oasis
Chez Actes Sud, 272 p.

Bel Abîme

A l’heure où la Tunisie s’enfonce une fois de plus dans une nouvelle
crise de régime, dix ans après la chute de Ben Ali, le roman singulier
de Yamen Manai tombe à pic. Véritable jeu de massacre, tout y
passe : l’Etat, la société, nos rapports aux autres, à l’environnement, à la culture, à l’éducation. Le héros du livre, un jeune adolescent, se
retrouve ainsi incarcéré pour avoir blessé plusieurs personnes qui
ont voulu s’en prendre à son chien.

Car y regarder de plus près, ce chien représente l’unique espoir de
ce garçon et d’une société tout entière face à un pouvoir enfermé
dans ces dogmes qui ne sont que des postures comme par exemple la
place de la femme représentée par la mère. Le citoyen est corseté,
oppressé jusqu’à la révolte. L’adolescent a trouvé refuge dans les
livres car « lire ne rend pas immortel, je vous l’accorde, mais moins
con, et ça c’est déjà beaucoup
 » écrit ainsi Yamen Manai. Les livres
puis ce chien, on le comprend très vite sous la plume alerte de
l’auteur, constituent des refuges, des espoirs, des rêves de liberté.
Mais les tyrans de tous bords n’aiment pas les rêves car ils
représentent les matrices d’une humanité qui pense, qui évolue et
aspire à mieux. Alors on tue les rêves des enfants après les avoir,
comme les citoyens, bernés, achetés.

La violence n’est que la conséquence logique de cette implacable
mécanique. Et quand on a tout perdu, on est prêt à tout, surtout à
plonger dans l’abîme. Derrière une magnifique histoire d’amitié
entre un enfant et un chien, Yamen Manai lance un appel à la
résistance. Déjà présent dans la sélection de printemps du
Renaudot, ce livre porté par l’excellente maison d’édition Elyzad,
devrait certainement briller dans les semaines et les mois à venir.
« J’ai appelé de mon cœur mon pays et je vous ai plains. Je lui racontais
qu’on était maudits, qu’on était perdus. Je lui murmurais que l’un
comme l’autre, nous étions un bel abîme dans lequel les rêves se
sont échoués
 » avoue notre héros. On ne peut être plus explicite,
surtout dans cette époque troublée. Et on aurait tort de croire qu’il
ne s’agit que de la Tunisie.

Par Laurent Pfaadt

Yamen Manai, Bel Abîme
Aux Editions Elyzad, 120 p.

1794

On le croyait mort et surtout éloigné de cette gangrène politique et
économique qui ronge à petit feu la Suède. Un nouveau roi âgé de
quinze ans vient de monter sur le trône et son oncle, qui assure la
régence, a confié au baron de Reutersholm les rênes d’un pouvoir
qu’il exerce de façon autoritaire en se drapant dans une
pudibonderie écœurante. D’autant plus qu’un crime apparemment
sans importance – une jeune femme massacrée par des loups tout de
même – rappelle à Jean Michael Cardell, le vieux soldat au cuir épais
et manchot, que tout poison a besoin de son antidote. Car l’époux de
la jeune femme, un petit noble idéaliste qui s’est élevé contre la
traite des Noirs à St Barth, ne cesse de se tourmenter à propos de
cet assassinat et semble vouloir révéler quelques vérités. Débute
alors une enquête menée tambour battant à travers les affres de la
mort et les bas-fonds de Stockholm et de St Barth pour un voyage
sans retour dans la noirceur de l’âme humaine.

Après le fabuleux 1793, Niklas Natt Och Dag, lui-même issu de la
noblesse suédoise, récidive avec cette nouvelle enquête de génie où
l’on retrouve avec bonheur quelques personnages de son opus
précédent. En tout cas, tenez-vous le pour dit : l’Histoire constitue le
nouveau terrain de chasse de prédilection pour les loups du polar
scandinave, prêts à dévorer les tripes des lecteurs du monde entier.
Ames sensibles s’abstenir donc…

Par Laurent Pfaadt

Niklas Natt och Dag, 1794
Chez Sonatine éditions, 544 p.

Minuit à Atlanta

Voici venu le temps de retourner dans l’Atlanta des années 50 avec
nos flics afro-américains favoris, Tommie Smith en tête. Six ans ont
passé, de l’eau a coulé sous les ponts d’Atlanta ou plutôt des
cadavres. Lassé, Tommie Smith a quitté son uniforme de flic pour
celui de reporter dans le principal journal noir de la ville, l’Atlanta
Daily Times. Et comme si le crime s’acharnait à ne pas le laisser en
paix, son directeur, Arthur Bishop est retrouvé mort. Accusé, Smith
mène alors l’enquête, d’autant que cette dernière intéresse
beaucoup de monde et au premier chef le FBI tandis que d’autres
traînent les pieds – toujours les mêmes, ces flics blancs qui n’ont
jamais accepté cette unité de flics noirs – ce qui est d’autant plus
suspect.

L’enquête ne sera pas de tout repos car les esprits s’échauffent dans
ce sud des Etats-Unis secoué par les violences raciales. Dans
l’Alabama voisin, à Montgomery, Rosa Parks vient de monter dans un
bus déclenchant un tourbillon de violences dans tout le pays. Au
centre de ce cyclone qui se répand, Tommy Smith, aidé de son ancien
chef, McInnis, flic blanc qui reflète à merveille la schizophrénie
américaine face au problème des droits civiques, avance dans cette
enquête périlleuse dont les innombrables ramifications réserveront
bien des surprises aux lecteurs.

Avec la maestria qui est la sienne, Thomas Mullen nous embarque
une fois de plus dans ce roman noir génial, tissant à foison les
fausses pistes en mêlant évènements réels et personnages fictifs.
Manipulation, haine éculée et mensonges, avec Minuit à Atlanta,

Thomas Mullen marche assurément sur les pas du grand Ellroy.
A lire également : Thomas Mullen, Temps noirs, Rivages noir poche, 528 p.

Par Laurent Pfaadt

Thomas Mullen, Minuit à Atlanta
Rivages noir, 352 p.

L’oiseau bleu d’Erzeroum T1

Parmi les échos du génocide arménien dont celui, sublime, d’Edgar
Hilsenrath, qui ont traversé le siècle dernier, il faut désormais
ajouter la voix intime et personnelle de Patrick Manoukian, alias Ian
Manook. Habitués à suivre celles, mongole et islandaise, du crime,
l’un des maîtres français du polar nous invite cette fois-ci à se laisser
guider par celles de deux sœurs, Araxie et Haïganouch, et de leurs
incroyables destinées depuis cette fatidique année 1915 lorsque
l’Etat turc perpétra ce qui reste à ce jour l’un des plus importants
génocides du 20e siècle.

C’est d’ailleurs par des cris, ceux des victimes arméniennes, que
débute cette folle épopée qui va conduire nos deux jeunes enfants
et à travers eux, la myriade de personnages construits par Ian
Manook vers la liberté, des cols enneigés au Berlin des années 20 en
passant bien évidemment par la France de l’entre-deux guerres.
Puisant dans son histoire familiale et en particulier dans celle de sa
grand-mère Araxie, Ian Manook livre ainsi le premier tome d’une
trilogie magnifique où les larmes côtoient le rire, où la tragédie
rivalise avec la comédie et où la vengeance combat l’injustice.

Une grande aventure en somme…

Par Laurent Pfaadt

Ian Manook, L’oiseau bleu d’Erzeroum T1
Chez Albin Michel, 544 p.