Panique au harem

L’Enlèvement au sérailL’Enlèvement au sérail de Mozart revu et corrigé par Zabou Breitman.
Un triomphe !

Il y a des opéras qui vous marquent pour longtemps. Cet Enlèvement au sérail fut l’un d’eux. Il faut dire que cet opéra de Wolfgang Amadeus Mozart n’était pas revenu sur la scène de l’opéra de Paris depuis 1985. Mésestimé peut-être par rapport aux Noces de Figaro, à Don Giovanni, à Cosi Fan Tutte ou à la Flûte enchantée pour sa dimension frivole – à tort d’ailleurs – l’opéra revient progressivement en grâce depuis plusieurs années.

Dans cette histoire d’européennes prisonnières du Pacha Selim que tentent, après moult aventures rocambolesques, de faire évader nos deux héros, Belmonte, à la recherche de sa belle Konstanze et Pedrillo, esclave en compagnie de Blonde, nombreux ont été ceux depuis plus de deux siècles à voir dans ce Singspiel, l’affrontement entre l’Orient et l’Occident et surtout une succession de bagatelles.

On se rend compte que le caractère peut-être léger et licencieux de l’opéra n’est là que pour délivrer un message qui transcende les civilisations, ce message mozartien qui parcoure ses grands opéras et qui fait de la tolérance une valeur indépassable, au-delà de toute considération religieuse ou politique, et montre combien Mozart fut un homme de son temps, de ces Lumières du XVIIIe siècle.

Dans une mise en scène qui porte dès les premières mesures sa marque, Zabou Breitman a su transporter cette histoire du XVIIIe siècle aux années 20-30 où les Européens, à la manière d’un Lawrence d’Arabie, sont partis à la conquête de cet Orient fantasmé. La comédienne-réalisatrice a ainsi introduit le cinéma, celui de la Hammer production, des danseuses orientales ainsi qu’une véritable chouette pour faire de cet opéra un véritable spectacle. Il faut dire qu’il est servi par des décors orientalisants tout droit sortis des tableaux de Delacroix que l’on doit au regretté Jean-Marc Stehlé qui, avec les jeux de lumière d’André Diot notamment à la fin du premier acte, donnent une atmosphère de palais orientaux prompte à exciter notre imaginaire.

Côté musique, Philippe Jordan conduit parfaitement l’orchestre de l’opéra de Paris dans ce voyage musical. Et sur scène quels talents ! Les hommes brillent aussi bien au niveau des voix que du jeu scénique. La basse Lars Woldt campe un Osmin bouffon merveilleux tandis que Jürgen Maurer a su garder toute la distance qu’il faut pour interpréter ce pacha qui sut, en homme d’Etat, faire preuve de clémence. Paul Schweinester est parfait en Pedrillo mutin mais résolu, gratifiant le public de plusieurs « Arrêêête ! » savoureux. Chez les femmes, le duo Konstanze (Erin Morley remarquable dans l’aria Martern aller Arten) – Blonde (Anna Prohaska) fait des étincelles. La complémentarité est parfaite entre une Konstanze résignée et digne et une Blonde espiègle et insolente. Il faut souligner ici la superbe prestation d’Anna Prohaska qui ne fait que confirmer tout son talent. Sa Blonde est carrément féministe (« Born to be free ! ») et son duo avec Osmin (Acte II, scène 1) restera certainement dans les mémoires du Palais Garnier. Avec cette interprétation de Blonde, on touche à la modernité des personnages féminins chez Mozart.

Tout est beau dans cet Enlèvement au sérail : la musique parfaitement conduite par un chef d’excellence, la mise en scène extrêmement séduisante et les chanteurs qui forment une équipe où les talents s’additionnent. Courez donc voir cet Enlèvement au sérail qui, à n’en point douter, vous marquera à jamais !

Prochaines représentations au Palais Garnier : 21, 24, 26 et 29 janvier, 4, 7, 10, 12 et 15 février 2015

Laurent Pfaadt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *