Et Dieu dans tout cela

benoît_XVBiographie de l’un des acteurs majeurs de la première guerre mondiale

Lors des fêtes de noël de 1914, il y près d’un siècle, le pape Benoit XV, élu quelques mois plus tôt, plaidait pour une trêve qui resta sans suite. Loin de se décourager, il affirma devant le Sacré-Collège vouloir « persévérer dans nos efforts pour hâter le terme de cette calamité inouïe »

L’histoire est malheureusement sélective et injuste et le pape Benoit XV (1914-1922) a été oublié dans ce 20e siècle de tragédies au profit des figures de Pie XII et de Jean-Paul II. La biographie d’Yves Chiron, grand spécialiste du Vatican et auteur de plusieurs biographies de référence de souverains pontifes, permet, en ces temps de commémoration de la Grande guerre, de lui rendre justice.

Issu de l’aristocratie italienne, Giacomo Della Chiesa suivit un cursus relativement classique au sein de la curie, se spécialisant dans les affaires diplomatiques ce qui le conduisit très vite dans le cercle restreint du cardinal Rampolla, futur secrétaire d’état de Léon XIII dont il devint le protégé. Yves Chiron relate avec détails ces vingt ans d’apprentissage en Espagne, en France, en Autriche-Hongrie ou à la première conférence de La Haye (1899) sur le désarmement et le droit humanitaire qui lui sera fort utile lorsqu’il conduira une active diplomatie pendant la Grande guerre. Devenu archevêque de Bologne, Giacomo della Chiesa est fait cardinal fin mai 1914, soit trois mois avant son élection au trône de pierre le 3 septembre 1914, plus d’un mois après la déclaration de guerre.

L’ouvrage d’Yves Chiron traite bien évidemment en grande partie de son action pendant la Première guerre mondiale qui occupa la moitié de son pontificat. L’auteur rappelle d’ailleurs qu’ « il ne s’est pas contenté de la déplorer, il a tenté de l’arrêter, d’en atténuer les effets » avant d’ajouter avec pertinence : « le pape et le Saint-Siège ne furent pas neutres mais impartiaux »

Cette nuance fait toute la différence et explique en grande partie les accusations de favoritisme de part et d’autre de la ligne de front. Il n’empêche que Benoît XV, bien secondé par son secrétaire d’Etat, le cardinal Gasparri, s’activa sur tous les fronts au propre comme au figuré pour mettre un terme à ce conflit. Interventions pour libérer les prisonniers politiques dès 1914, auprès du sultan ottoman devant les persécutions dont étaient victimes les Arméniens, soutien aux initiatives autrichiennes, ses actions culminèrent avec l’initiative d’août 1917.

Mais si Benoît XV fut le pape de la paix, animé d’une volonté sincère d’arrêter cette boucherie, l’auteur montre très bien que le souverain pontife, en bon diplomate qu’il fut, poursuivit également des objectifs géopolitiques et en premier lieu la sauvegarde de l’empire austro-hongrois, monarchie catholique qu’il considérait comme le pilier de la stabilité de l’Europe centrale. Son démembrement consacré par le traité de Saint-Germain-en-Laye, le 10 septembre 1919 valut au pape cette phrase prophétique : « l’histoire sera bien obligée de reconnaître un jour que la nouvelle carte avait été dressée par un fou ».
Au final, cet ouvrage d’un sérieux remarquable permet de pénétrer dans les arcanes du Vatican et les coulisses diplomatiques de la Première guerre mondiale en suivant la volonté infatigable d’un homme d’Etat et le chemin de croix d’un homme de paix.

Yves Chiron, Benoît XV, le pape de la paix, Perrin, 2014

Laurent Pfaadt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *